Le bien-être animal, qu’est-ce que c’est ?

Selon la définition de l’ANSES¹, le bien-être animal (en abrégé BEA) est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction des besoins physiologiques et comportementaux de l’animal, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de sa perception de la situation.

Cette définition repose sur la reconnaissance et le respect des 5 libertés fondamentales énoncées par le Farm Animal Welfare Council² :

  • Ne pas souffrir de la faim et de la soif (accès à de l’eau fraîche et à une nourriture adéquate assurant la bonne santé et la vigueur des animaux) ;
  • Ne pas souffrir d’inconfort (environnement approprié comportant des abris et une aire de repos confortable) ;
  • Être indemne de douleurs, de blessures et de maladies (prévention ou diagnostic rapide et traitement) ;
  • Pouvoir exprimer les comportements naturels propres à l’espèce (espace suffisant et environnement approprié aux besoins des animaux, contact avec d’autres congénères) ;
  • Ne pas éprouver de peur ou de détresse (conditions d’élevage et pratiques n’induisant pas de souffrances psychologiques).

Cette notion est applicable tout au long de la vie de l’animal. Lorsqu’il s’agit des bonnes pratiques à adopter sur la fin de la vie de l’animal (lors du transport ou de la manipulation en abattoir notamment), on parle plutôt de protection animale.

Depuis 2015, le Code Civil reconnaît les animaux comme des « êtres vivants doués de sensibilité ».

¹Agence Nationale de Sécurité Sanitaire

²Organisme consultatif indépendant créé par le gouvernement britannique en 1979 afin d’évaluer le bien-être des animaux de ferme tout au long de leur vie et d’émettre des recommandations pour améliorer leurs conditions